Le Ministre de l’Industrie, Imad Hoballah, a annoncé ce mercredi la mise en place de nouveaux standards pour les marchandises et équipements destinés à lutter contre le coronavirus COVID-19 au Liban.

Il s’agirait notamment de standards destinés aux entreprises locales qui fabriquent des respirateurs, des gants ou encore des masques. Cette initiative intervient afin d’encourager la production locale et limiter de facto, l’importation de produits étrangers qui vident les réserves monétaires brutes de la Banque du Liban (BDL) actuellement estimées à 22 milliards de dollars.

Selon le Ministre, il s’agit également de prévenir toute nouvelle extension de la pandémie au Liban, tout en encourageant le secteur industriel en ces temps de crise économique, et ainsi de sauver et même de créer des emplois.

Pour rappel, les industries libanaises étaient déjà confrontées à une grave crise suite à l’instauration par l’association des Banques du Liban d’un contrôle des capitaux empêchant l’importation des produits nécessaires à la production locale.

Dès novembre 2019, le syndicat des industriels libanais estimait à 40% le nombre d’entreprises du secteur en risque de faillite.

On estimait déjà alors à plusieurs milliers, le nombre de salariés qui ont été licenciés ou dont les salaires ont été réduits, parfois au tiers même.

Cette situation s’est depuis encore dégradée suite aux mesures de confinement prises par les autorités libanaises vers la mi-mars pour lutter contre la pandémie avec l’arrêt de 90% des entreprises.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.