Le Numéro 2 du Hezbollah, le Cheikh Naïm Kassem.

Le numéro 2 du Hezbollah, le Cheikh Naïm Kassem, a indiqué que son mouvement exerçait des pressions sur les parties concernées afin de faciliter la formation d’un nouveau gouvernement. Ces propos interviennent alors que les tensions entre la présidence de la république le Général Michel Aoun et la présidence de la Chambre Nabih Berri se sont aggravées hier après que ce dernier ait estimé que le président de la république ne devrait disposer d’aucun ministre.

Le différend au sujet des procédures constitutionnelles entre présidence et grand sérail n’auraient rien à voir avec le positionnement politique ou la répartition entre communautés religieuses, estime le responsable chiite. Il appelle par conséquent le général Aoun et Saad Hariri à faire des concessions faute de quoi la situation pourrait continuer à se dégrader.

Plusieurs réunions ont ainsi été organisées souligne Naïm Kassem, notamment avec Gébran Bassil. Cependant seule une réunion entre le général Aoun et Saad Hariri pourrait déboucher sur des résultats concret, a-t-il poursuivi.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Italiano Español Հայերեն