Moins d'une minute de lecture

Angela, ou Loulou, une tempête qui s’abat sur le Liban depuis la veille de Noël a occasionné des dégâts considérables dans plusieurs régions du pays, notamment dans la nuit du mercredi au jeudi. Le Liban s’est réveillé ce matin avec une image frappante, celle du mur d’un cimetière dont les tombes se sont écroulées sur le trottoir. Une scène perturbante, qui montre à quel point la négligence au pays des cèdres parait de plus en plus flagrante lorsque les conditions météorologiques se déchaînent.

Ce cimetière situé au niveau de la rue de Damas à Beyrouth, est le cimetière de la communauté juive au Liban. Des images montrant l’état du délabrement provoqué par la tempête ont circulé en masse sur les réseaux sociaux ce jeudi.

Le cimetière juif de Beyrouth ou cimetière israélite de Beyrouth est un cimetière dédié aux Juifs situé rue de Damas dans le quartier de Ras el Nabaa, de la capitale Libanaise. Il accueille des sépultures depuis le début du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Près de 4 000 personnes environ y sont enterrées, dont plusieurs chefs spirituels de la communauté tel que le Rabbin Moïse Yedid-Levi, le Rabbin Haïm Dana, ainsi que la famille Safra, célèbres banquiers, dont Esther Safra (1900-1943), épouse de Jacob Safra.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.

2 Commentaires

  1. Bonjour, Par respect des morts et par dignité de l’esprit multiconfessionnel libanais( qui devrait être de plus en plus un modèle pour la tolérance universelle ) il serait juste et noble de rénover le cimetière juif.D’autre part cette communauté a longtemps fait partie de la société libanaise et ce cimetière est un patrimoine tout comme les synagogues libanaisesDistingons le religieux du politique .C’est la grandeur des droits de l’homme et une leçon à donner au sectarisme individuel ou d’état
    S et G F

Comments are closed.