Un avion de la MEA à l'aéroport international de Beyrouth.
Un avion de la MEA à l'aéroport international de Beyrouth.
14 minutes à lire

Le gouvernement libanais a détaillé le plan de rapatriement des libanais bloqués à l’étranger depuis la fermeture de l’Aéroport International de Beyrouth (AIB), dans la nuit du 18 mars 2020. Cette opération devrait se poursuivre du 5 au 12 avril mais pourrait être interrompue en cas de découverte de plus de 3% de personnes infectées par le coronavirus COVID-19, avait indiqué le Premier Ministre Hassan Diab.

Plus de 20 000 ressortissants libanais se seraient ainsi inscrits afin de bénéficier de ce programme de rapatriement, qui, pour l’heure, concerne une première tranche de 10 000 libanais de l’étranger.

Le texte de la procédure de retour des libanais

Le gouvernement libanais souligne la nécessité pour les ressortissants libanais de restreindre leurs déplacements et de rester dans leur lieu de résidence, où qu’ils se trouvent. Cela est plus sûr pour eux, leurs parents et leurs familles. Les expatriés souhaitant exercer leur droit naturel au rapatriement doivent se conformer aux mesures prévues dans la présente décision.

  1. Les rapatriés doivent subir un test PCR pour déterminer la présence du COVID-19 ou les deux tests de laboratoire «Antigène et anticorps pour COVID-19» en dehors du Liban au plus tard trois jours avant le rapatriement. Les tests doivent être approuvés par les ambassades ou consulats libanais concernés. Dans le cas où des tests ne sont pas disponibles dans le pays de départ, les rapatriés doivent remplir un rapport disponibles à l’ambassade ou du consulat du Liban. À leur arrivée au Liban, ils doivent se conformer aux directives du ministère de la Santé publique mentionnées au point n ° 11 de la présente décision.
  2. Un formulaire spécial sera rempli dans les ambassades du Liban à l’étranger, pour assurer le rapatriement des Libanais. Ce formulaire comprend des informations de base sur chaque personne, y compris l’âge, le type et le résultat du test de diagnostic de laboratoire (le cas échéant), le statut social (nombre et âge des membres de la famille) et l’état de santé (fièvre, maladies respiratoires et pulmonaires chroniques, grossesse, santé urgences, handicap, vieillissement, allergie, etc.). Ce formulaire sera établi en coordination avec les ministères de la Santé et des Affaires étrangères.
  3. Des listes comprenant les noms des expatriés souhaitant rentrer au Liban via l’aéroport seront établies par le ministère des Affaires étrangères comme suit:

a- La priorité sera accordée aux personnes souffrant de problèmes de santé graves, aux personnes appartenant à la catégorie d’âge critique et aux familles.

Aux fins de l’application de ce critère, les personnes souffrant des maladies suivantes, selon leur dossier médical, seront considérées comme des groupes à risque pour la santé: diabète, cancer, maladie coronarienne, hypertension, asthme et maladie pulmonaire obstructive chronique. Les femmes enceintes résidant au Liban, dont les conjoints sont à l’étranger, entrent également dans cette catégorie.

La catégorie des groupes vulnérables comprend les personnes de plus de 60 ans et de moins de 18 ans.

Toutes ces personnes seront évacuées avec leur famille immédiate (conjoint et enfants).

b- La deuxième catégorie comprend les personnes ayant un statut social critique, les personnes qui ont quitté le Liban avec un visa temporaire ou de court séjour et tous les autres rapatriés.

  1. Les expatriés seront responsables de l’achat du billet d’avion sur la base du prix défini par la MEA qui aura calculé le prix du billet selon le mécanisme d’attribution des sièges adopté dans la présente décision, sans bénéfices ni frais supplémentaires.
    Le ministère des Travaux publics et des Transports sera chargé de préparer les itinéraires et les horaires des vols en coordination avec le ministère des Affaires étrangères à la lumière des formulaires de rapatriement et des demandes adressées aux ambassades du Liban à l’étranger. Les horaires des vols seront annoncés 72 heures avant le décollage afin de permettre aux voyageurs et aux personnes responsables des points de rassemblement en charge de la coordination des vols de prendre toutes les mesures nécessaires.
  1. Les avions décolleront de l’aéroport international Rafic Hariri avec à bord des membres d’équipage et les personnes suivantes: une équipe de médecins et d’infirmières (composée de trois personnes pour les gros avions et de deux personnes pour les petits) mandatée par le ministère de la Santé publique, équipée de fournitures médicales pertinentes, et secondé par une équipe libanaise de la sécurité générale choisie par le directeur général de la sécurité générale.
  2. Le Ministère des affaires étrangères exigera que l’ambassadeur ou le consul général (ou un membre de l’ambassade du Liban) dans le pays d’expatriation soit présent à l’aéroport pour surveiller la mise en œuvre des mesures de rapatriement et vérifier leur conformité avec la présente décision. Cette personne sera chargée d’établir les listes des rapatriés en coordination avec le ministère des Travaux publics et des Transports, en fonction de l’occupation des sièges, en tenant compte des priorités énoncées au point 4 ci-dessus. Outre la liste de départ de base, une liste d’attente comprenant la moitié du nombre de rapatriés sur la liste de base doit également être établie.
  3. L’équipe médicale effectuera, à l’aéroport de départ, un examen médical (température, symptômes de maladies respiratoires, toux …) à bord pour s’assurer que le passager n’est pas infecté.
  1. Avant l’embarquement, toute personne exempte de virus doit signer un formulaire d’engagement devant l’équipe libanaise de sécurité générale. Les dites personnes s’engageront à se claquemurer à l’adresse mentionnée dans le formulaire ou dans d’autres centres de quarantaine (hôtels, complexes et autres) sous le contrôle des ministères de la Santé publique, de l’Intérieur et de la Défense sous peine de poursuites.
  2. Les passagers à bord de l’avion à destination du Liban seront répartis, dans différentes classes de vol, conformément aux normes médicales applicables, en particulier la nécessité de laisser une distance de sécurité autour du voyageur dans toutes les directions. Les passagers doivent se conformer aux instructions préventives fournies par les membres d’équipage et l’équipe médicale à bord, portant principalement des masques (type N95) et des gants pendant la durée du voyage. Les membres de l’équipe de sécurité générale établiront des amendes contre les passagers qui refusent de se conformer.
  3. À l’aéroport de départ, un rapport comprenant le nom de l’expatrié libanais, le numéro de passeport et les éventuels examens médicaux sera établi. Le rapport mentionne également la décision pertinente du Cabinet qui est communiquée à l’intéressé, avec copie de la liste des mesures de sécurité et de prévention. La personne concernée devra signer un formulaire d’engagement. Le rapport doit porter la signature et le nom du délégué du ministère des Affaires étrangères, du responsable de l’équipe de sécurité générale et du médecin responsable de l’équipe médicale, ainsi que la date et l’heure de rédaction du rapport. L’équipe de sécurité générale collectera à bord de l’avion des rapports et des formulaires d’engagement, dont des exemplaires seront déposés auprès des ministères des Affaires étrangères et de la Santé publique ainsi que de la cellule de crise rattachée au ministère de l’Intérieur.
  4. À leur arrivée à l’aéroport international Rafic Hariri, les passagers âgés et malades chroniques seront transportés vers le salon classe affaires de l’aéroport tandis que les autres passagers seront transportés vers les salons réguliers. Le test de diagnostic PCR sera effectué pour tous les passagers par des équipes médicales spécialisées affiliées au ministère de la Santé publique. Tous les rapatriés seront transportés vers des centres de quarantaine agréés par le ministère de la Santé publique.
  1. Tous les passagers transportant des résultats de laboratoire négatifs documentés, effectués dans le pays de départ moins de trois jours avant le départ, seront exemptés des tests PCR. Ils seront directement autorisés à partir en quarantaine à domicile dans le cas où les conditions obligatoires seraient remplies, après avoir rempli le formulaire social, à condition que les conditions de sécurité et de prévention relatives aux moyens de transport soient remplies.
  2. À l’arrivée et avant de quitter l’aéroport, un questionnaire sanitaire / social / logistique (préalablement préparé par le Ministère de la santé publique) sera rempli pour chaque rapatrié libanais par une équipe spéciale mandatée par le Ministère de la santé publique. Le but de ce questionnaire est d’évaluer le statut social des personnes concernées, en vue d’adopter des mesures de prévention et de quarantaine appropriées une fois que les résultats des tests PCR seront publiés pour chaque rapatrié, en coordination avec les ministères concernés, en particulier les affaires sociales, le tourisme, Ministères de l’intérieur et de la défense, si nécessaire.
  3. Aucun rassemblement de personnes venant accueillir les passagers ne sera autorisé à l’extérieur ou à l’intérieur de l’aéroport. Chaque rapatrié libanais doit, une fois le bilan sanitaire et social réalisé, quitter l’aéroport et suivre les instructions du ministère des Travaux publics et des Transports, en coordination avec les ministères de la Santé publique, de l’Intérieur et de la Défense, en définissant les modalités relatives aux moyens des moyens de transport mis à disposition ainsi que les mesures de sécurité et de prévention à respecter. Les membres de l’ISF assureront le respect des mesures préventives à bord des moyens de transport, la trajectoire adoptée et la compatibilité avec le contenu du formulaire d’engagement signé par les passagers et le bilan social. Un rapport sera établi, précisant les détails du moyen de transport fourni, le numéro de plaque d’immatriculation du véhicule et le nom du conducteur après vérification de son identité.
  4. Les échantillons de PCR prélevés sur les rapatriés sont collectés par le Ministère de la santé publique et envoyés à des laboratoires spécialisés pour s’assurer que les résultats sont obtenus dans les 24 heures.
  1. Sur la base des résultats des tests PCR analysés dans les laboratoires libanais:
    a. Si la personne est testée positive pour le coronavirus, elle sera transportée vers des centres de quarantaine obligatoire collective ou vers l’un des centres de traitement agréés par le Ministère de la Santé Publique. Les ambulanciers paramédicaux de la Croix-Rouge libanaise seront chargés de transporter chaque personne infectée, séparément, à bord d’une ambulance médicalement équipée, vers un centre de traitement spécialisé, escorté par une patrouille des FSI.
    b. Si la personne présente un résultat négatif pour le coronavirus, elle sera autorisée à partir en quarantaine à domicile, à la lumière des résultats de l’évaluation sociale, sur la base de contrôles préventifs et de sécurité et de conditions concernant les moyens de transport.
    Le ministère de la Santé publique assurera le suivi des cas des expatriés rentrés au Liban par le biais de l’application électronique du ministère, en coopération avec le ministère des Télécommunications et les autorités compétentes, pendant une période de 15 jours. Les personnes sous surveillance ne seront pas autorisées à quitter leur domicile ou le lieu de détention avant la fin de la période de quarantaine. Chaque municipalité coopère, dans le cadre de ses fonctions administratives, avec les forces de sécurité pour assurer le respect des mesures.
    c. À l’expiration de la période de quarantaine et après s’être assuré que la personne n’est pas infectée par le virus, une autorisation de mouvement lui sera accordée, sur la base d’un rapport spécial établi par la personne mandatée par le ministère de la Santé publique, en coordination avec le ministère de l’Intérieur.
    d. Si, pendant la période de quarantaine, la personne concernée est testée positive pour le coronavirus, elle est transportée dans un centre de quarantaine ou de traitement par décision du ministère de la Santé publique.
  1. Un dossier sera établi pour chaque rapatrié libanais, comprenant une copie du rapport établi à l’aéroport du pays d’expatriation ainsi que les résultats des tests médicaux, du bilan social, des mesures de confinement prévues par l’équipe du ministère de la Santé publique et un copie du rapport final établi à la fin de la période de quarantaine.
  2. Si le résultat du test de laboratoire effectué à l’aéroport du pays d’expatriation est positif, la personne infectée ne sera pas autorisée à monter à bord de l’avion et sera ensuite évacuée à bord d’un avion médical. À son arrivée à l’aéroport international Rafik Hariri, l’avion restera sur le tarmac et chaque personne infectée sera transportée séparément par des ambulanciers paramédicaux de la Croix-Rouge libanaise à bord d’une ambulance entièrement équipée vers un centre de traitement spécialisé, escorté par l’ISF.
  3. Le ministère de la Santé publique est chargé de préparer, au plus tard le jeudi 2 avril 2020:

• Le formulaire de renseignements personnels à remplir auprès des ambassades du Liban à l’étranger, en coordination avec le ministère des Affaires étrangères.

• Le formulaire d’enquête sociale et logistique à remplir à l’arrivée des passagers à l’aéroport international Rafik Hariri.

• La liste des mesures de sécurité et de prévention que les passagers doivent observer.

• La liste des centres de quarantaine et de traitement des cas de coronavirus parmi les expatriés libanais, en coordination avec les ministères concernés, y compris les ministères des Affaires sociales, du Tourisme, de l’Intérieur et de la Défense, le cas échéant.

  1. Nous commencerons à opérer des vols à partir du 5 avril 2020. Une évaluation sanitaire et épidémiologique sera effectuée lundi. La première vague de rapatriements se déroulera en tant que telle (une journée de voyage suivie d’une journée d’évaluation) du 5 avril au 12 avril 2020, dans la soirée. La deuxième vague se déroulera du 27 avril au 4 mai 2020, selon le même mécanisme. Le nombre maximal de rapatriés au cours de la deuxième vague sera défini à la lumière des données relatives à la première vague. Les phases ultérieures seront envisagées si nécessaire, à la lumière des données disponibles.
  2. La fréquence des vols quotidiens au cours de chaque phase sera définie en fonction des capacités et du nombre d’aéronefs disponibles, ainsi que des exigences de prévention et de sécurité relatives aux membres d’équipage.
  3. En ce qui concerne les Libanais revenant à bord de jets privés des pays d’évacuation, les tests de PCR devraient être effectués à l’étranger au plus tard 72 heures avant de prendre l’avion pour le Liban. Ils peuvent également effectuer le test à Beyrouth à leurs propres frais, tout en devant s’auto-mettre en quarantaine en attendant l’approbation des résultats du test par le ministère des Affaires étrangères. Ces personnes devront prendre et mettre en œuvre les mêmes conditions de prévention et de sécurité que celles stipulées ci-dessus, après accord préalable du ministère des Travaux publics et des Transports.
  4. Les procédures énoncées dans ce mécanisme seront évaluées par le Comité ministériel créé par la décision du Cabinet n ° / 4 / du 26/3/2020 lors du retour des vols du premier jour et de l’arrivée de 1 000 personnes; les résultats présentés seront présentés au Cabinet.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français

Répondre

Entrer votre commentaire
Votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.