2 minutes à lire

Les routes principales au Liban sont bloquées depuis hier par les citoyens, par des pneus enflammés du Nord au Sud jusqu’à la Beqaa. La population est descendue à la rue hier suite à l’annonce par le Ministre des Télécommunications, Mohammed Choucair, d’imposer une taxe de 6 dollars sur l’usage du VOIP au Liban.  Même si ce dernier a retiré cette mesure, le peuple demeure dans la rue et a déclaré son ras-le-bol contre les conditions socio-économiques que traverse le Liban et la crise qui touche le Pays.

Pour l’heure, les axes principaux sont toujours coupés par les manifestants, notamment à Dora, Adonis, Ghazir, route de l’Aéroport, Tyr, Zghorta, Tripoli. Elles sont également étendues dans la région de Békaa, alors qu’au centre-ville, les manifestations devant le Grand Sérail se sont poursuivies toutes la nuit.

La manifestation avait hier commencé dans une ambiance bon enfant, mais a été rythmée par quelques affrontements avec les forces de l’ordre, qui ne peuvent être qualifiées de très graves. Après minuit, un feu a été mis dans un immeuble en construction à proximité de la mosquée Mohamad el Amine au centre-ville de Beyrouth, ce qui a provoqué la mort par asphyxie de deux ouvriers syriens qui dormaient à l’intérieur de cet immeuble. Vers 3h du matin, des manifestants ont commencé à casser les devantures des magasins au centre-ville.

Des informations circulant sur le net ont fait état de la tentative d’une quarantaine de politiciens et de banquiers qui se sont dirigés vers l’aéroport de Beyrouth, dont la route avait été bloquée par les manifestants. Cette information reste cependant à être vérifiée. 

Actuellement, une réunion de différentes figures de la société civile, notamment Tol3it Ri7etkoun, le collectif principal derrière ces manifestations, est en cours afin d’unifier ce mouvement de révolte et d’essayer de lui poser des assises solides. Un communiqué suivra durant la journée. 

Le dernier bilan fait état de 2 morts (ouvriers syriens par asphyxie), 27 blessés côté manifestants transportés vers les hôpitaux et 70 soignés sur place par la Croix Rouge ; alors que les FSI ont fait état ce matin dans un tweet de 60 blessés parmi leurs rangs à l’issue des rixes les opposants aux manifestants

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.