Moins d'une minute de lecture

11 jours après l’explosion du port de Beyrouth, les opérations sur les lieux se poursuivent avec depuis hier, l’arrivée du PHA Le Tonnerre dans le port.

À son bord, outre le matériel humanitaire et d’urgence promis par le président français Emmanuel Macron qui s’était déplacé au Liban la semaine dernière , des équipes de plongeurs démineurs devront inspecter la zone de l’explosion.

Outre l’arrivée du navire français, l’aide humanitaire continue à être acheminée par pont aérien. Ainsi, 6 avions en provenance du Brésil, du Qatar, du Koweït ou encore d’Inde et du Sri Lanka ont atterri hier au Liban, indiquent les services de l’Armée Libanaise.

Le pont aérien se poursuit encore aujourd’hui avec l’arrivée ce matin d’un avion militaire irakien, indique une dépêche de l’agence nationale d’information.

Quant à l’armée libanaise, qui conformément à l’instauration de mesures d’exception, elle continue à déblayer le terrain au niveau des quartiers de  Rmeil-Achrafieh et à distribuer l’aide humanitaire aux habitants des zones touchés par l’explosion.

L’institution militaire a également mené plusieurs réunions avec les associations d’habitants de la ville de Beyrouth et des jeunes bénévoles présents sur place afin de rendre plus efficace les distribution d’aide ainsi que de mettre en place une aide psychologique aux victimes. Il s’agit aussi d’aborder le problème structurel avec la restauration des habitations touchés par l’explosion dans différents quartiers et de sécuriser les immeubles qui menacent de s’effondrer.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français