7 startups libanaises ont été invitées par la Banque Mondiale à participer au Forum Economique Mondial sur le Moyen Orient et l’Afrique du Nord qui aura lieu en Jordanie, les 6 et le 7 avril sur les bords de la Mer Morte.

Elle feront donc parti des 100 startups sélectionnées dans le Monde Arabe.

Cette invitation, en coopération avec le Bahrain Economic Development Board (EDB), vise à leur offrir un programme sur mesure où ils discuteront de l’avenir de leurs industries avec le gouvernement et les chefs d’entreprise.

Parmi les 7 startups libanaises,

  • HedgeGuard propose un système de gestion de portefeuille pour les fonds d’actifs cryptographiques.
  • Kirontech exploite données médicales pour les assurances, en utilisant une intelligence artificielle de pointe et un apprentissage automatique afin d’identifier les fraudes, les gaspillages et les abus à la source, pour mieux surveiller et gérer les prestataires de soins de santé et optimiser globalement les processus de back-office de l’assurance maladie.
  • Moodfit, une plate-forme de décoration d’intérieur en ligne qui met en relation les personnes souhaitant aménager leur maison avec des architectes d’intérieur professionnels, afin de leur proposer un service de décoration et d’ameublement abordable et sans tracas.
  • NAR, une plateforme logicielle qui permet aux ingénieurs et aux inspecteurs d’analyser et de gérer efficacement les données d’inspection des drones. La NAR a déjà été mise à profit pour plus de 5 000 heures d’inspections aériennes.
  • Proximie, une plate-forme de téléchirurgie adaptée à la réalité augmentée qui établit un pont entre les chirurgiens des pays développés et ceux opérant dans des conditions austères. Conçu par des médecins pour des médecins, Proximie a pour objectif de révolutionner la prestation et l’éducation des soins de santé en réduisant le coût de cette prestation tout en offrant une qualité améliorée au patient final, en veillant à ce que chaque patient reçoive les meilleurs soins, la première fois, à chaque fois.
  • Spike, qui propose un assistant mobile qui aide les diabétiques à mieux gérer leur diabète. Spike surveille le comportement quotidien du patient et intervient avec des rappels et des conseils au sujet de l’insuline, de la nourriture, de l’activité physique, etc. De plus, Spike stocke les données du patient pour une analyse ultérieure et / ou pour les partager avec les médecins et les soignants.
  • et Synkers, une plate-forme qui connecte instantanément les étudiants qui cherchent de l’aide dans un sujet spécifique avec les bons tuteurs privés. Les parents, les lycéens et les étudiants peuvent trouver et réserver un tuteur qualifié en moins de 30 secondes en fonction de leurs préférences (prix, classement, emplacement, etc.).

Au sein du comité de sélection des 100 startups, une libanaise également, Hala Fadel est la Fondatrice et associé directeur de Leap Ventures, société basée au Liban.

Leap Ventures est une société de capital-risque qui se concentre sur les sociétés de technologies mondiales ayant des activités dans la région MENA et en Europe. Hala Fadel possède 20 ans d’expérience dans les domaines de la finance et de l’entrepreneuriat, et a travaillé pendant 12 ans en tant que gestionnaire de portefeuille dans les actions européennes chez Comgest, un fonds d’actions de croissance doté de 20 milliards d’euros.

Précédemment, Hala Fadel avait fondé Booleo, une entreprise de logiciels de télécommunication qui a ensuite été acquise comme solution interne par un client. Elle a également fondé et présidé le MIT Enterprise Forum de la région panarabe, une organisation qui promeut l’entreprenariat et organise, entre autres, le concours pour les jeunes entrepreneurs du « MIT Arab ».

Pour rappel, la Circulaire 331 de la Banque du Liban (BDL) encourage les investissements à hauteur de 400 millions de dollars dans les entreprises en phase de démarrage. Cette initiative vise à mettre un terme à la fuite des cerveaux libanais. Si une banque investit dans une startup, elle ne perd que 25% de son investissement en cas de faillite. Cela a stimulé la création de nouveaux fonds et accélérateurs de capital-risque, ainsi que d’un écosystème plus large. Cette circulaire a même encouragé certains des talents perdus à l’étranger à rentrer chez eux.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.