L'ancien député Walid Joumblatt
L'ancien député Walid Joumblatt
2 minutes à lire

Au cours d’une interview, l’ex-député Walid Joumblatt a estimé que la situation actuelle résulte d’une guerre économique entre l’Iran et les Etats-Unis sur le sol Libanais. Il aurait également mis en garde l’ancien ambassadeur des Etats-Unis au Liban Jeffrey Feltman contre les conséquences d’un tel conflit, estimant par ailleurs que les sanctions américaines n’affaiblissent pas le Hezbollah mais entraineront un dommage collatéral sur la population libanaise.

Serait visé par cette guerre, le Hezbollah.

Walid Joumblatt faisait allusion aux sanctions américaines qui ont touché certaines entreprises libanaises et notamment certaines banques comme la Jamal Trust Bank cet été. Cet établissement bancaire a ainsi dû être liquidé après avoir été mis sur la liste des banques visées par le Trésor Américain. Les responsables US ont également menacé certains hommes politiques “même non chiites” de voir leurs noms être mis sur la liste des personnes sanctionnées, comme le rappelait le sous-secrétaire d’état américain en charge du Proche Orient, David Schenker, qui indiquait que le Pays des Cèdres faisait l’objet d’une surveillance renforcée.

Pour rappel, une grave crise économique, qui a débuté dès 2018, touche actuellement le Liban, avec une récession attendue de 12% en 2020, selon certaines estimations. Près de 60% de la population libanaise vivrait ainsi sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de 6 dollars par jour. Le taux de chômage atteindrait plus de 40% de la population active, avec la fermeture de nombreux établissements dans de plusieurs secteurs, comme dans l’industrie hôtelière mais aussi souvent une diminution des salaires de 50% pour les personnes qui occupent toujours leurs postes.

Par ailleurs, les banques libanaises ont instauré un contrôle du capital informel, dès le début de l’été 2019 pour les grands importateurs et en novembre 2019 pour le reste de la population, ce qui a encore réduit l’activité économique du pays. Depuis, la parité au marché noir de la livre libanaise face au dollar a dévissé, atteignant son plus bas historique, et passant le seuil des 4000 livres libanaises par rapport au dollar.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français

Répondre

Entrer votre commentaire
Votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.