Le Ministre de la Défense Elias Bou Saab
Le Ministre de la Défense Elias Bou Saab

Le Ministre de la Défense, Elias Bou Saab a démenti tout manquement des obligations de l’Armée Libanaise ou des services de sécurité qui lui sont liés dans l’affaire de la disparition d’armes d’origine suisse.

Le Ministre de la Défense a également indiqué ne pas permettra à ce que l’Armée Libanaise face l’objet de diffamation.

Elias Bou Saab a également rappelé que la tenue des inventaires des équipements de l’Armée Libanaise sont régulièrement salués par leurs homologues américains qui fournissent une importante aide militaire.

Le dernier témoignage du commandant de la région centrale de l’armée américaine au Congrès, a été ponctué en accordant la confiance dans l’armée libanaise et sa bonne utilisation des armes

Ces déclarations interviennent alors que certaines sources avaient initialement indiquées que ces armes avaient été initialement destinées à la Garde Présidentielle. Cette information a été démentie par l’ambassadrice de Suisse au Liban Monika Schmutz sur les ondes de la Voix du Liban. Elle a précisée que l’institution en question a toujours coopéré de manière positive avec les autorités helvétiques.

L’Ambassadrice Suisse au Liban a précisée que ces armes n’auraient pas été commandées par des institutions sécuritaires mais par une personnalité politique et plus précisément d’un ancien ministre du précédent gouvernement. Ce dernier n’aurait pas respecté le contrat de vente et la clause dite de non-exportation, permettant aux autorités suisses de vérifier que ces armes ne sont pas tombées aux mains de tiers parti. Ils auraient pu ainsi accéder à seulement 9 armes sur le lot de 40 révolvers.

Mise à Jour:
L’ancien Ministre des Travaux Publics Ghazi Zoater a indiqué avoir acheté sur ses fonds personnels ces armes pour ses gardes du corps et la défense de ses domiciles situés à Beyrouth et dans la Békaa. Alors que les 9 armes « retrouvées par les services suisses se trouvent à Beyrouth », celles citées comme manquantes sont dans la Békaa. Les représentants suisses auraient refusé de s’y rendre sous divers prétextes.

Pour sa part, le commandement de l’Armée Libanaise a indiqué ne jamais avoir acheté ni reçu une aide militaire de la part de la Suisse.

Pour rappel, les autorités suisses ont décidé de suspendre l’exportation d’armes à destination du Liban après que 31 révolvers et non des fusils d’assaut, a-t-on appris aient disparus sur un lot de 40 armes fournies dans le cadre d’un contrat commercial en date de 2016.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.