A Hunter Joint Tactical Unmanned Aerial Vehicle (UAV) in flight during a Combat Search and Rescue (CSAR) training exercise at Fallon Naval Air Station (NAS), Nevada (NV), during exercise DESERT RESCUE XI. The Hunter is an Israeli multi-role short-range UAV system in service with the US Army (USA). The exercise is a joint service Combat Search and Rescue (CSAR) training exercise hosted by the Naval Strike and Warfare Center, designed to simulate downed aircrews, enabling CSAR related missions to experiment with new techniques in realistic scenarios.

L’armée Libanaise aurait tenté d’intercepter 2 drones israéliens qui survolaient les positions militaires de la localité d’Adaisseh au Sud du Liban.

Les 2 drones sont retournés en Israël, indique-t-on de source médiatique. Une autre source indique cependant qu’un des drones aurait été touché sans donner plus de détail.

Mise à jour: l’Armée Libanaise confirme dans un communiqué que les 2 drones sont retournés en Israël.

Cette information intervient alors que 2 drones piégés israéliens, indiquent plusieurs sources dont le Hezbollah, l’Armée Libanaise ainsi que des sites d’informations israéliens, ont tenté de viser un objectif du Hezbollah, ce dimanche dans la banlieue Sud de Beyrouth.
Dans la nuit de dimanche à lundi également, les forces israéliennes ont utilisé des drones de MK pour bombarder un camp du FPLP-CG à cheval entre les frontières libanaises et syriennes.

L’utilisation de drones pour bombarder le Liban inquiète les autorités libanaises qui estiment qu’il s’agit là, d’une tentative pour Israël de modifier en sa faveur les règles d’engagements qui prévalent depuis le conflit de juillet 2006 et l’adoption de la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Pour rappel, le Liban a appelé à la fin des violations de l’espace aérien libanais par les drones et avions israéliens. Il a également appelé la communauté internationale à faire pression sur Tel Aviv afin de lui faire respecter la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU qui garanti la souveraineté du territoire et de l’espace aérien libanais.

Lire également

Dans son dernier rapport rendu public en juillet 2019 devant le conseil de sécurité de l’ONU, le secrétaire général Antonio Guterres avait indiqué que les forces israéliennes ont commis plus de 100 violations de l’espace aérien du Liban mensuellement en février 2019 et juin 2019. 72% de ces actes étaient du fait de drones. Certains de ces survols étaient des missions de combats avec des bombardements – à partir de l’espace aérien libanais – du territoire syrien.

Pour sa part, le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, suite à l’attaque visant la banlieue sud de Beyrouth, avait indiqué ne plus permettre désormais aux drones israéliens de survoler le territoire libanais.

« Nous ne permettrons pas que cela se répète, quel qu’en soit le coût. (…) Nous allons œuvrer à la destruction des drones israéliens qui entrent désormais dans le ciel libanais car, pour nous, ils sont devenus des attaques à l’aide d’explosifs. » Hassan Nasrallah.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.