Situé dans le périmètre du site archéologique, se trouve l’imposant Château croisé de Byblos, également appelé dans les chroniques anciennes Château de Gibelet (ou Giblet) au pied de la vieille ville.  Cette forteresse sera bâti par les Croisés au XIIème siècle, pour être encore plus précis à partir de 1104 sur des fondations d’une forteresse fatamide, elle-même construite sur des ruines phéniciennes et romaines.

Nous pouvons encore apercevoir ses fondations comportant des fûts de colonnes antiques inclus dans les murs. Il ne s’agit pas de la première structure défensive construite sur le site.
En effet, le site archéologique comporte déjà plusieurs remparts dont certains construits en – 2 500 avant Jc à droite quand on rentre dans le Château. Il existe également une forteresse perse occupée de – 555 avant Jc à – 333 avant Jc.

Les structures du Château de Byblos

Des structures du Château, on peut voir une vue sur la ville de Byblos classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité depuis 1984. Il s’agit de l’une des villes les plus vieilles au Monde en terme d’habitation continue. Les estimations actuelles indiquent que ce site serait occupé par l’Homme depuis 7 000 avant JC. Le nom de Bible vient également de Byblos.
D’autre part, le site offre également une vue imprenable sur la Mer Méditerranée et surtout de son port médiéval qui fut l’un des plus importants de son temps. La dimension stratégique de cette position apparait dès lors. Elle était d’autant plus stratégique que située entre le Comté de Tripoli et la Seigneurie de Beyrouth.

Le Château croisé mélange 2 styles défensifs, le type Castrum et le type Turris avec un imposant donjon central carré de 18m par 22 m de côté, avec des murs atteignant 4m d’épaisseur, qui servait de résidence au seigneur des lieux et de dernier refuge aux assiégés en cas d’attaque.

La forteresse est entourée de douves. On pénètre dans l’enceinte du Château après avoir franchi une sorte de pont, par une porte équipée d’une herse coulissante et des mâchicoulis servaient à sa protection.

Quatre tours crénelées, placées aux angles et reliées par des courtines percées d’archères constituent la deuxième ligne de défense. 

Une cinquième tour, ou saillant, se détache entre les deux tours nord. Il s’agit du Donjon central avec une grande salle dont certains murs présentent encore des graffiti d’époque.

Sur les murs du donjon, on retrouve quelques boulets tirés par les britanniques sur la garnison ottomane en 1841.

Récemment, un petit musée a été aménagé dans ses salles intérieures. Il regroupe des pièces des différentes époques historiques du site archéologique.

Voir la galerie photo

L’Histoire du Château

La construction du Château de Byblos fut décidée par la famille génoise Embriaco, qui étaient alors les seigneurs de Gibelet.

En 1188, Saladin captura la ville et le château et démantela ses murs en 1190.

Plus tard, les Croisés reprirent la ville et reconstruisirent le château en 1197. Les Croisées abandonnèrent la ville et le Château de manière pacifique, en raison de la pression maintenue par les Ayyoubides en 1302. Eux même seront ensuite remplacés par les Mamelouks.

À noter qu’en 1369, des navires chypriotes venus de Famagusta tenteront de le prendre.

En 1516, suite à la bataille de Marj-Dabek, les Ottomans s’emparent de la ville. Leur règne durera quatre siècles. Ils placeront dans l’enceinte du Château une garnison.

Vue aérienne du site archéologique de Byblos

À l’issue de la Première Guerre Mondiale, dès les années 1920, Byblos devenant une importante zone d’étude archéologique, le Château sera intégré au site comprenant la nécropole royale, les différents temples et artefacts.

Aux côtés du Château, d’autres structures médiévales existent, notamment

  • le rempart médiéval entourant la vielle ville, le port et ses 2 tours à l’origine, dont il ne reste plus qu’une seule. Ces 2 tours devaient pouvoir sceller le port à l’aide d’une chaine qui les liaient;
  • l’Eglise de Sayedet al Naja où Notre Dame de la Délivrance;
  • et la Cathédrale St Jean et son baptistère sur son côté.

Un peu plus loin, à Fidar, se trouve une tour de guet également construite lors des croisades.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.