À peine les flammes éteintes ce matin, la police militaire a débuté l’enquête pour en déterminer l’origine, conformément aux instructions du Haut Conseil de la Défense hier soir et sur ordre du procureur de la république, le juge Ghassan Oweidat.

Celle-ci a donc recueilli les témoignages de 20 personnes présentes sur les lieux de l’incendie qui a ravagé hier l’entrepôt 19 du Port de Beyrouth, ravivant le souvenir de celui qui a abouti au drame du 4 août auprès de la population libanaise.

Parmi les personnes interrogées, se trouve également le directeur de la compagnie BCC, Karim Bassil.

Dans cet entrepôt, se trouvaient des pneus, des produits cosmétiques ainsi que des huiles. Selon les informations préliminaires, l’usage d’une scie à métaux face à des matériaux inflammables serait à l’origine des flammes.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français