Fresque sud Liban AUB Tubingen

Selon une étude publiée récemment, fruit du travail des chercheurs de l’Université américaine de Beyrouth (AUB) et de l’Université Eberhard Karls Universität Tübingen en Allemagne, la plus ancienne fresque du Proche Orient a été découverte au Liban.

Cette peinture ornant les parois des vestiges de l’âge du Bronze au Sud Liban, vient de révéler son grand âge : vieille de 4000 ans, elle devient ainsi la plus ancienne œuvre picturale murale connue du Proche Orient. Conformément aux dires du professeur Jens Kamlah, cette découverte constitue le plus ancien témoignage existant d’une forme préliminaire de la technique de la fresque dans toute la Méditerrannée.

Ces peintures sont situées sur les murs de la plus grande pièce du palais de Tell el Burak, mesurent à peu près 14 mètres, et représentent une frise avec des motifs géométriques, une scène de chasse, un arbre de vie avec un animal en pied et une procession de figures humaines.

Une équipe menée par le Professeur Jens Kamlah de l’Institut d’Archéologie Biblique et Tubingen et par l’archéologue libanaise Dr. Hélène Sader de l’AUB, a entrepris les fouilles du projet de Tell el Burak en 2001. Après avoir mis au jour le plan complet d’un palais de l’âge du Bronze moyen, le projet est actuellement en train d’examiner les installations phéniciennes des VIIIe au IVe s. av. J.-C.  Actuellement, un levé de la région allant de Zahrani vers Sarafand et de Deir Zahrani vers Dweir est en cours d’exécution.

Toujours selon ces chercheurs, le palais de Tell el Burak serait construit en 1900 av. J.-C., et aurait été fonctionnel uniquement durant 200 ans. D’après Julia Bertsch de l’Université de Tubingen qui s’est chargée de l’étude des peintures, elle estime que la technique de cette fresque est primitive, et qu’elle aurait été élaborée plus tard dans les palais des civilisations minoenne et égéenne. Au cours des analyses, l’emploi de la couleur Bleu égyptien a été confirmée. Une preuve de plus qui montre que les échanges culturels et des savoir-faire entre le Sud Liban et l’Empire Egyptien prospéraient bel et bien à l’époque.

On sait très peu de choses sur le peuple qui habitait sur le littoral libanais à cette époque, mais puisqu’il n’y a aucune insurrection majeure qui ait été enregistré, il est fort probable que ces communautés soient l’ancêtre des Phéniciens qui ont peuplé plus tard la côte libanaise, d’après le prof Jens Kamlah. Ces découvertes viennent démontrer la richesse de l’activité artistique de l’actuel sud Liban durant le Bronze moyen, et sont des témoins directs de la prospérité culturelle et économique du royaume de Sidon.

Source image à la Une : Heritage daily, Courtoisie de l’ Universität Tübingen, Tübingen.

Source de l’image : Courtoisie de “New Evidence for Middle Bronze Age Chronology and Synchronisms in the Levant: Radiocarbon Dates from Tell el-Burak, Tell el-Dab’a, and Tel Ifshar Compared” Article  in  Bulletin of the American Schools of Oriental Research, March 2016.

Références

Jens Kamlah and Hélène Sader “Deutsch-libanesische Ausgrabungen auf « Tell el-Burak » südlich von Sidon: Vorbericht nach Abschluss der siebten Kampagne 2010Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins (1953-) Bd. 126, H. 2 (2010), pp. 93-115 (31 pages).

Eberhard Karls Universität Tübingen, “Archaeologists document the oldest known forerunners of fresco paintings in the Mediterranean region” in HeritageDaily, online magazine for archaeological and associated disciplines, July 2019.

Felix Höflmayer, Jens Kamlah, Hélène Sader, Michael W. Dee, Walter Kutschera, Eva Maria Wild, and Simone Riehl “New Evidence for Middle Bronze Age Chronology and Synchronisms in the Levant: Radiocarbon Dates from Tell el-Burak, Tell el-Dab’a, and Tel Ifshar Compared” Article  in  Bulletin of the American Schools of Oriental Research, March 2016.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.