Le Président de la Chambre Nabih Berry a évoqué ce jeudi 7 février avec le Premier Ministre Italien, Giuseppe Conte, actuellement en visite officielle au Liban, la possibilité à ce qu’Israël puisse voler les ressources en hydrocarbures présentes dans le Bloc 9.

Pour rappel, l’exploitation de la concession du bloc 9 avait été attribué en décembre 2017 au consortium formé par les compagnies françaises Total, italiennes ENI et russe Novatek. Tel Aviv, via le ministre de la défense israélien d’alors Avigdor Liebermann, avait menacé ces entreprises de graves représailles en février 2018.

Ces propos interviennent alors que la tension entre le Liban et Israël est monté avec la construction par Israël d’une part d’un mur sur des zones litigieuses et la découverte de tunnels qui violent la ligne bleu.
Pour sa part également, Tel Aviv viole quasiment quotidiennement l’espace aérien libanais, lançant même parfois des attaques contre Damas à partir du Pays des Cèdres.

Israël revendique la moitié du Bloc 9

Au total, la zone disputée entre les 2 pays est estimée à plus de 800 kilomètres carrés. La ligne Hoff du nom de la proposition américaine que Beyrouth déjà rejeté, accorde 560 kilomètres carrés au Liban et le solde à Tel Aviv.


Selon le Président de la Chambre, Israël aurait attribué à 2 entreprises la mise en exploitation des champs situés à proximité du bloc 9 libanais avant avril 2020 et cela sans accord avec le Liban alors que des champs pétroliers pourraient se trouver à cheval entre les zones libanaises et israéliennes.
Il estime que le Liban ne pourrait exploiter de son côté ces ressources avant cette date alors qu’à l’origine la mise en exploitation commerciale du bloc 9 était estimé à 2019. Cependant, l’exploration physique de ce bloc pourrait désormais avoir lieu que fin de cette année.

Le consortium des 3 entreprises a déjà indiqué qu’elle ne procèdera à aucune exploration dans la zone contestée par les 2 pays.

Nabih Berry a estimé important à ce que les autorités italiennes soient informées de la violation israélienne en raison de la participation de la compagnie ENI au sein du consortium. Il a indiqué qu’il évoquera cette situation avec le Président de la République Française Emmanuel Macron dont la visite au Liban est prochainement attendues

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.